Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Mathias Marsal

Vallée du Haut-Var

Fils de Marion Schuller - 12 ans

« Une fois en haut, j’étais heureux. J’avais réussi quelque chose de bien. »

Mathias Marsal

Portrait par Eric Lenglemetz
Recueil de témoignage par Noëlie Pansiot

 

 

Ma plus belle expérience d'escalade

Ma plus belle expérience d’escalade, c’était avec mon père, au Baou de Saint-Jeannet. On avait fait une voie de 120 mètres. Ce qui était magique, c'est que lorsque je regardais sous moi, je voyais un trou sans fin. A un moment, il y avait une espèce de plateforme, ça faisait un dévers et c’était dur à monter parce qu’il y avait plein de végétation autour qui empêchait de prendre des prises correctement. 

J’ai ressenti un peu de stress, j’avais peur de lâcher, même si j’étais assuré. (…) Une fois en haut, j’étais heureux. J’avais réussi quelque chose de bien.

J’ai envie de refaire des grosses voies, mais des plus difficiles cette fois. 

Je me dis : si j’arrive à faire ça, j’arriverai sûrement à en faire des plus dures.

Ca va me servir, parce que je voudrais faire guide de haute montagne, parce qu’on est toujours en plein air et que je me sens un peu libre.

 

Mathias et son bois de cerf

C’est un bois de cerf, ça représente la faune du Mercantour. Celui-ci, on l’a trouvé dans un champ. Il a dû le perdre il n’y a pas longtemps. C’est un quatre cors. C’est le nombre de cornes qu’il y a dessus et ça permet de déterminer son âge. Lui, il avait 4 ans.