Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Atlas transfrontalier du patrimoine culturel et naturel

Les Alpes représentent tout à la fois une barrière orographique et climatique mais également une terre de passage et d’échanges tant pour les populations humaines que les espèces végétales et animales. Les adaptations de la vie à des conditions extrêmes sont particulièrement remarquables dans les parcs naturels jumelés du Mercantour et d’Alpi Marittime, hauts lieux de la biodiversité alpine, avec un endémisme de plus de10%.

C’est une nature protégée sur près de 1000 km² bénéficiant d’une protection stricte, qui s’étend des glaciers alpins les plus méridionaux jusqu’aux cultures d’oliviers en terrasse donnant sur la mer. Étant donné qu’une telle diversité de milieux est renfermée dans un espace aussi restreint, il est fréquent de voir des espèces arctiques et d’autres typiquement méditerranéennes à quelques centaines de mètres les unes des autres.

Sur ces montagnes qui culminent à 3300 m, l’homme a vécu depuis la Préhistoire. Pendant des siècles, les modes de vie et les coutumes se sont affirmés sur ces deux versants des Alpes. Les terrains cultivés, les forêts et les alpages, les voies de communication, les fortifications en sont quelques témoins : beaucoup de paysages ont ainsi été façonnés par les activités humaines.

L’édition 2013 de l’Atlas présente une synthèse de l’ensemble des travaux engagés dans le cadre de Plan Intégré Transfrontalier (2010-2013) porté par les parcs. Il démontre que non seulement ce vaste territoire protégé est d’intérêt international pour la biodiversité mais également pour son patrimoine culturel, au-delà des gravures de la célèbre vallée des Merveilles.

Extrait de « Atlas transfrontalier Marittime-Mercantour » / A. Brandeis-P.Rossi

Toutes les fiches de l’Atlas sont à retrouver sur le portail transfrontalier Marittime-Mercantour : cliquez ici

 

L'atlas transfrontalier du patrimoine culturel

L'atlas transfrontalier du patrimoine naturel

Eclairage "coup de projecteur" au dessus de Breil-sur-Roya par temps orageux dans la vallée de la Roya. © L.Malthieux / PNM