Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Le Réseau Gypaète Mercantour, observez, participez !

Depuis une dizaine d’années le Parc national du Mercantour anime un réseau de suivi des gypaètes des Alpes du Sud grâce aux observateurs qui communiquent leurs informations.
Le programme de réintroduction du gypaète barbu dans les Alpes a suscité une mobilisation sans égale des espaces protégés, de leur personnels, mais aussi de plusieurs milliers de volontaires.

Aujourd’hui cinq couples se sont installés dans les Alpes du Sud (04-06), mais le travail ne s’arrête pas là.

Chaque couple est entouré d’une attention particulière avec le suivi régulier des oiseaux et la mise en place de périmètres de protection. Malgré les efforts de conservation réalisés, le gypaète est toujours une espèce menacée en Europe.

Logo Réseau gypaète Mercantour

 

 

Du local et l’international

Avec de grands déplacements en phase immature et d’immenses territoires vitaux, la conservation du gypaète barbu s’envisage à une large échelle, comme l’arc alpin et même au niveau européen, afin de permettre une reconnexion des populations actuellement fragmentées. Pour ces raisons, les programmes de réintroductions sont pilotés par la Vulture Conservation Foundation (VCF) et une coordination est également en place pour rassembler les données relatives à l’état des populations : effectifs, couples reproducteurs, mortalité, génétique… Les observations recueillies sur le terrain permettent d’alimenter ce suivi indispensable pour connaître l’état de conservation de l’espèce.

Plus localement, le monitoring permet de suivre les oiseaux reproducteurs, de mettre en place les mesures de conservation au bon moment et au bon endroit.

Gypaète barbu en vol

Gypaète barbu en vol, par F.Breton/PNM

 

Plusieurs centaines de volontaires impliqués

A travers les Alpes du Sud, ce sont environ 400 personnes qui s’impliquent à des degrés divers, soit en communiquant une simple observation recueillie lors d’une randonnée, soit en participant régulièrement au suivi d’un couple installé.

Une partie des membres du Réseau rassemblés à Saint Etienne-de-Tinée en 2019.

Une partie des membres du Réseau rassemblés à Saint Etienne-de-Tinée en 2019, par M.Jacques

 

 

Comment participer ?

  • Communiquez vos observations : lorsque vous observez un gypaète lors de vos randonnées, notez bien l’heure, la date et le lieu, joignez les photographies les plus significatives.
  • Participez au grand comptage international (International Observation Day) organisé chaque automne pour dénombrer les gypaètes alpins.
  • Tenez-vous informé en demandant à recevoir le bulletin électronique diffusé environ 5 fois par an. Il synthétise toutes les informations recueillies sur les casseur-d’os des Alpes du Sud.

 

Voir les derniers bulletins Info Gypaète Mercantour :

 

Les règles de bonne conduite

Le plaisir de l’observation naturaliste ou de la photographie ne doit pas nuire aux oiseaux, en particulier pendant la période sensible de la reproduction.

Les membres du Réseau Gypaète Mercantour s’engagent à respecter :

  • les règles de bonne conduite pour la photographie visibles ici : Gypaète et photographie naturaliste
  • les Zones de Sensibilité Majeure (ZSM) mises en place autour de chaque site de reproduction, en ne pénétrant pas dans la zone cœur. Ces ZSM sont mises à jour deux fois par an, en décembre au début de la reproduction et en mars au moment des couvaisons. Elles sont visibles en suivant ce lien.

 

Pour en savoir plus sur le gypaète, lisez la fiche espèce ici

Pour recevoir la lettre d’information ou commmuniquer vos observations, contact : francois.breton@mercantour-parcnational.fr