Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Plan France Relance

Le 3 septembre 2020, le Gouvernement a lancé le plan France Relance : les parcs nationaux de France, rattachés à l’Office français de la biodiversité (OFB) vont recevoir une enveloppe de 19 millions d’euros pour soutenir leurs actions en faveur de la préservation des patrimoines naturels, culturels et paysagers dont ils ont la charge.

Logo France Relance

 

Le plan France Relance

Pour faire face et protéger le pays des conséquences sociales et économiques de la crise de la Covid-19 le plan France Relance prévoit 100 milliards d’euros d’investissements avec une ambition forte sur l’écologie.

Une enveloppe de 2,5 milliards d'euros sera consacrée à la reconquête de la biodiversité, la lutte contre l’artificialisation des sols et l’accélération de la transition du modèle agricole français.

A ce titre les parcs nationaux se voient alloués près de 19 millions d’euros.

 Biodiversité et transition énergétique : 81 projets au programme dans les parcs nationaux

Chaque parc national va recevoir 1,7 million d’euros pour financer un total de 81 projets autour de 2 axes forts :

  • la biodiversité dans les territoires ;
  • la transition énergétique.

Ces projets ont été sélectionnés pour contribuer aux missions des parcs nationaux : la préservation des patrimoines naturels, culturels et paysagers, le développement de la connaissance et le suivi scientifique, l’éducation à l’environnement et au développement durable, l’accueil de tous les publics…Mais aussi pour avoir un effet fort et immédiat sur l’économie des territoires des parcs nationaux.

Parmi les nombreuses actions on peut par exemple citer :

Les rénovations de refuges et de cabanes pastorales :

Les parcs nationaux de la Vanoise, des Pyrénées et du Mercantour vont restaurer leurs refuges à l’image du Parc national de la Vanoise qui a prévu la rénovation de la toiture du refuge de l’Arpont (Savoie), datant des années 60 ;
Le Parc national des Ecrins quant à lui a prévu la construction de 8 nouvelles cabanes pastorales ainsi que la rénovation des plus anciennes en cœur de Parc national ou à proximité directe. Pierre Commenville, directeur du Parc national des Ecrins, témoigne : "Leur restauration est une urgence, il faut améliorer les conditions pastorales. C’est typiquement le genre d’action qui bénéficie aux entreprises locales".

L’aménagement de « portes de Parc national » :

Dans les parcs nationaux de la Vanoise et de forêts ou plus spécifiquement dans le Parc national du Mercantour suite aux dégâts de la tempête Alex, des « portes de Parc national » vont être créées ou requalifiées. Leur objectif : sensibiliser les visiteurs à la préservation de la biodiversité lors de leur passage sur ces lieux emblématiques d’entrée sur le territoire des parcs nationaux.

Les aménagements ou la rénovation des sites d’accueil :

Les maisons de Parc national sont également concernées, par exemple au Parc national des Ecrins ou au Parc national des Pyrénées à Val d’Azun et à Arrens-Marsous (Hautes-Pyrénées). Des travaux allant de la rénovation énergétique à la scénographie en passant par le renforcement de leur accessibilité à tous les publics sont prévus. Les actions concernent aussi sensibilisation des visiteurs à la biodiversité.
Le Parc amazonien de Guyane a prévu des travaux d’aménagement de la maison du Parc national à Maripasoula ainsi que la création d’une maison du Parc national à Papaïchton.
Au Parc national de Port-Cros, le site du Hameau à Porquerolles, qui abrite les bureaux et les locaux techniques des agents du secteur, va faire l'objet d'une réhabilitation.

La création et la sécurisation de passerelles et de sentiers :

Plusieurs parcs nationaux vont mobiliser des crédits pour des travaux de sécurisation ou d’aménagement de sentiers, notamment sur des parcours familiaux.

Le Parc national des Ecrins va par exemple sécuriser le sentier des Crevasses au col du Lautaret (Hautes-Alpes) et installer une passerelle à proximité du refuge du Carrelet au-dessus de La Bérarde (Isère).
Au Parc amazonien de Guyane, de nouveaux sentiers de découverte vont être aménagés sur le territoire de chaque commune adhérente.

Mouillages écologique et transport en mer :

Dans les parcs nationaux des Calanques et de Port-Cros, le plan va permettre de participer au financement de bouées de balisage et de mouillages écologiques.
Le Parc national des Calanques va également soutenir un appel à projets pour inciter les navires à passagers, circulant dans le Parc national et équipés d’une motorisation traditionnelle, à investir dans des motorisations hybrides ou électriques.

 

Le plan France Relance dans le Parc national du Mercantour :

Projet n°1 : Requalification touristiques des entrées de parc et des infrastructures :

La tempête Alex, en octobre 2020, a détruit massivement les infrastructures sur les vallées de la Roya et de la Vésubie : sentiers, passerelles, pistes, ponts, signalétique. Après un état des lieux général, les services du PNM estiment à près de 3,5 millions d’euros les dégâts. L’accompagnement à la reprise économique durable des vallées du Mercantour fait partie d’une priorité forte de l’établissement. Cela passe notamment par la restauration et la réouverture d’une offre de randonnée à la hauteur de l’excellence du territoire, le réseau de sentiers étant le support essentiel de l’offre touristique du massif, axée sur la randonnée.

L’opération présentée au plan de relance consistera donc à reconstruire ces infrastructures en coeur de Parc, en priorisant sur l’axe de la grande traversée du Mercantour dont l’enjeu est majeur pour l’attractivité du territoire et la reprise économique du secteur touristique dans les vallées, secteur doublement affecté par la COVID 19 et par la tempête. Ce sera aussi l’occasion de requalifier les infrastructures. Ce chantier apparaît également essentiel pour la préservation de la biodiversité en évitant les risques de divagation du public qui seraient préjudiciables aux habitats.

Au-delà des travaux immédiats, pourront également être lancés des études et des aménagements / signalétique / scénographie pour développer un tourisme durable et valorisant le patrimoine : positionnement marketing du Mercantour, développement de l’éco-tourisme, valorisation des gravures du Mont Bego. Ce sera aussi l’occasion de faire de la pédagogie et de l’éducation à l’environnement autour de la vulnérabilité aux risques naturels.

Par ailleurs, l’accès aux principales entrées de cœur de Parc risque d’être durablement perturbé avec des reports de flux sur un nombre réduit de sites, avec un risque de sur-fréquentation. C’est donc l’occasion de repenser l’aménagement des entrées de parc (parkings déportés, régulation des flux, signalétique, promotion de mobilité douce…). Des études d’aménagement et travaux seront financés, en partenariat avec les collectivités qui sont devenues réceptives à ces projets depuis la surfréquentation des sites montagnards à l’été 2020.

Le Parc pourra également conduire des études globales hydro-géomorphologiques pour évaluer la vulnérabilité nouvelle des infrastructures en cœur suite à la tempête et préconiser des options plus résilientes de reconstruction.

Toutes ces actions contribueront à renforcer la résilience du développement économique et touristique dans les vallées et la sensibilisation à l’environnement du plus grand nombre.

 

Projet n°2 : Enfouissement des réseaux téléphoniques dans les sites d’entrée de cœur de parc et sites à enjeux pour la protection de l’avifaune (vallon du Bachelard)

Sur la commune d’Uvernet-Fours (aire d’adhésion du Parc national du Mercantour), les lignes électriques et téléphoniques aériennes desservant les hameaux isolés des Longs et de Bayasse dans le vallon du Bachelard, se trouvent à proximité immédiate du cœur de Parc (distance entre 200 à 500 mètres). Ces équipements présentent un risque élevé de percussion et d’électrification pour l’avifaune (notamment pour les postes transformateurs de haute tension).

En outre, ces lignes avec le réseau aérien occasionnent un fort impact visuel et paysager dans un site naturel exceptionnel.

Le syndicat Départemental d’Électrification des Alpes de Haute Provence (SDE04) agit pour l’enfouissement des lignes électriques et téléphoniques en lien avec les communes.

Un projet d’enfouissement des lignes électriques du site des Longs est en phase d’étude pour 880 mètres de câbles aériens (et pylônes) qui seraient ainsi supprimés.

Le soutien des fonds biodiversité du Plan de Relance permettra de compléter cette opération par l’enfouissement des lignes téléphoniques aériennes Orange présentes sur le même site et de supprimer totalement ce point noir paysager et les risques de percussion pour l’avifaune présente (aigles royaux, hiboux grands ducs, tétras-lyres, vautours fauves et gypaètes barbus.

 

Projet n°3 : Amélioration des maisons, points d’accueil et refuges de parc

Le parc national du Mercantour dispose de différents points de diffusion de l’information et de sensibilisation des visiteurs aux enjeux de préservation des patrimoines naturels et culturels.Une partie de ces points d’accueil est située en maison de parc et dans les refuges sous concession de service public, l’autre dans des lieux tiers partagés (office et maison du tourisme). Pour mieux répondre aux attentes des visiteurs et s’adapter aux nouveaux usages touristiques, ils nécessitent, en grande partie, d’être modernisés. Certains sont en effet très anciens et obsolètes et cela limite de fait fortement leur attractivité. 

La crise sanitaire a mis en lumière le besoin de « nature » qui s’est concrétisé, à l’été 2020, par un afflux massif de nouveaux publics dans les vallées du Mercantour. Ces nouveaux visiteurs sont souvent novices et méconnaissent les usages et enjeux d’un Parc national. Il apparaît d’autant plus important de pouvoir leur mettre à disposition des lieux d’accueil et de sensibilisation modernes, pédagogiques et capables de rendre compte des différentes missions de l’établissement : éducation et sensibilisation à l’environnement, découverte faune et flore, rappel des réglementations en cœur de parc etc.

Des aménagements seront ainsi effectués (travaux de peinture et rafraîchissement, évolutions des muséographies, réassort des mobiliers etc) afin de pouvoir rendre ces lieux accueillants tant pour les publics que pour les agents qui y travaillent. Ils concerneront à la fois les lieux partagés avec des structures tiers que ceux en maîtrise propre parc. 

Par ailleurs, les bâtiments de certains de nos refuges et maisons de parc sont atteints de quelques désordres qui nécessiteront aussi d’être traités en parallèle de nos travaux d’amélioration des espaces d’accueil.

 

Projet n°4 : Déclinaison du plan de gestion de la Réserve Intégrale de Roche Grande à Entraunes

Dans le cadre de sa charte, le Parc national a notamment défini l'objectif de créer 2 réserves intégrales afin d'étudier l’impact des changements globaux sur les milieux et les processus écologiques en place dans un contexte de libre évolution. La Réserve Intégrale de Roche Grande, située sur la commune d’Entraunes, est la première à voir le jour. Elle est majoritairement concernée par des pelouses sur substrat calcaires, des falaises et éboulis ainsi que quelques habitats forestiers plus à la marge. 

  • A la suite de la validation de création, un plan de gestion a été défini et s’articule autour des axes suivants :
  • Contribution au développement, à l’acquisition et à la mise en place de différents capteurs sur le site : relevés des paramètres météo, prises de vues, de vidéos et de sons.
  • Réalisation d’un modèle numérique de terrain et/ou d’une cartographie LiDAR du site, voire plus largement du bassin versant (échelle du vallon).
  • Contribution à la conception et à l’aménagement d’un espace d’exposition interactif dédié à la Réserve Intégrale au niveau du village d’Entraunes
  • Déclinaison des suivis à réaliser sur le site via des prestations le cas échéant

Dans le cadre des financements du Plan de relance, il s’agira de lancer concrètement les premières actions : suivis naturalistes, installation des capteurs, réalisation des études préalables et lancement des travaux d’aménagement des espaces pédagogiques et de sensibilisation.

 

Projet n°5 : Appui à l’amélioration du projet d’assainissement et de réhabilitation du refuge de Roure

Le Parc national souhaite soutenir la commune de Roure dans le projet de réhabilitation du refuge de Longon. Situé en cœur de parc et sur l’itinéraire du GR 5, ce refuge se veut à la fois un lien d’accueil des randonneurs et de découverte des saveurs locales. Le refuge vacherie se compose ainsi des locaux d’accueil / d’hébergement du public et des locaux pour une activité artisanale de fromagerie dans un lieu isolé et de haute-montagne.

Ce projet d’envergure a vocation à réhabiliter et mettre aux normes le bâtiment tant sur la partie accueil que dans la partie fromagerie. La commune de Roure a ainsi déposé tout début janvier 2021 un dossier de permis de construire auprès de services de la Métropole Nice Côte d’Azur (en cours d’instruction ) et sur lequel le PNM doit donner un avis conforme. 

En parallèle et afin de rentrer rapidement dans la phase opérationnelle du projet, le marché public pour effectuer les travaux de réhabilitation du refuge a d’ailleurs déjà été passé et le prestataire choisi. A ce titre, des comparaisons ont déjà été effectuées avec des refuges équivalents en zone montagneuse via le parc national de la Vanoise et des Pyrénées. 

Pour mener à bien les travaux, la commune a d’ailleurs déjà obtenu des financements de la part de la Métropole Nice Côte d’Azur, de la Région Sud et de l’Europe, pour un budget global de 1,6 millions d’euros. La part pris en charge par le Plan de relance concerne la mise en place d’un vrai système de traitement des eaux blanches de l’activité de Fromagerie et plus spécialement celui du lacto-sérum dont le coût n’est pas pris en charge par les financements pré-cités.

Actuellement et alors même que la vacherie se situe en cœur de Parc, les eaux blanches sont rejetées dans la nature. La mise en place du système de traitement favoriserait une gestion davantage écoresponsable et conforme aux exigences de production attendues pour une structure située en cœur de Parc.

 

Projet n°6 : Centre de découverte de l’astronomie et de la biodiversité nocturne

La commune de Barcelonnette est engagée depuis 2017 dans un programme de réduction des pollutions lumineuses et 30 % de l’éclairage public de la ville a déjà été modernisé afin de prendre en compte la faune nocturne ce qui a permis de bénéficier du label « Villes et villages étoilés » et de contribuer activement à la reconnaissance de la nouvelle Réserve Internationale de Ciel Etoilé Mercantour Alpes d’Azur (RICE). Cet engagement a été complété par de nombreuses animations pédagogiques de sensibilisation aux effets de la pollution lumineuse.

Afin de consolider cette dynamique et de valoriser son ciel exceptionnel, la commune porte un projet structurant de Centre de Découverte de l’Astronomie et de la Biodiversité Nocturne. Le site élaboré dans une logique de Haute Qualité Environnementale, sera accolé au Pôle scientifique Séolane dédié à l’accueil de chercheurs sur la biodiversité. 

Construit autour d’une plate-forme d’observation du ciel et de la nature doté d’instruments astronomiques d’exception, le Centre de découverte permettra de consolider les actions de sensibilisation du public à la biodiversité nocturne grâce à un parcours pédagogique dédié à la découverte et à la préservation des insectes, des chiroptères et des rapaces nocturnes. Des ateliers, des expos et des animations seront proposés tout au long de l’année et permettront à la commune d’amplifier sa résilience au changement climatique en structurant une filière d’écotourisme répondant aux nouvelles attentes du public. 

Barcelonnette étant la ville-porte du Parc, cette stratégie globale pluriannuelle s’articule avec la création d’une Maison de Parc mutualisée avec l’office de tourisme intercommunal devant sensibiliser 120 000 visiteurs par an aux enjeux de la biodiversité de montagne et aux actions du Parc. 

Les 2 centres se valoriseront réciproquement et constitueront un pôle structurant d’attractivité et de médiation autour de l’environnement nocturne et de la biodiversité du parc national du Mercantour, de Barcelonnette et de la vallée de l’Ubaye.