Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Tichodrome échelette

 Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) posé sur un rocher au mois de juillet

Tichodrome échelette (Tichodroma muraria) posé sur un rocher au mois de juillet, par Jacques Blanc

Nom scientifique : Tichodroma muraria

 

Identification

Petit oiseau au corps fin et aux longues ailes légèrement arrondies, le tichodrome échelette revêt un plumage gris-cendré autant dessus que dessous. Les plumes de ses ailes sont gris-noir avec une large zone rouge carmin et de petites taches blanches à l’extrémité. Son bec, long, très fin et arqué, lui permet de dénicher les insectes et les araignées dans les fissures des rochers. Ses ongles acérés lui valent d’être un excellent grimpeur. Il pèse entre 16 et 22 grammes seulement et possède une envergure de 17 à 26 cm. Son vol onduleux et assez capricieux et son plumage coloré lui valent le surnom d’oiseau papillon.

Habitat

Le tichodrome échelette est présent dans tous les massifs montagneux de France, mais il demeure une espèce rare. L’hiver, les conditions d’enneigement et de froid le contraignent à une migration altitudinale, vers des sites rupestres de moyenne montagne, souvent inférieurs à 1 000 mètres.

Comportement

Le tichodrome échelette ne se pose jamais au sol ou sur un arbre. Son domaine est celui des parois. Il grimpe parmi les rochers et aux flancs des falaises, déployant sans cesse ses ailes, à la recherche de nourriture, tel un "papillon des murailles". Les grands murs des barrages de haute montagne sont souvent un terrain de jeu privilégié pour cette espèce.

Régime alimentaire

Il est insectivore. Il exploite les failles des parois rocheuses à la recherche d’araignées, de larves de mouches ou de petits coléoptères. Il n’est quasiment jamais observé se nourrissant au sol.

Cycle de vie

Ce passereau vit en couple. En mai, les adultes construisent le nid dans une anfractuosité de paroi. La femelle couve seule 3 à 4 œufs pendant 20 jours. Les jeunes sont nourris au nid pendant 20 jours par les deux parents puis s’envolent. Les familles se dispersent fin août. Dès octobre, les oiseaux descendent plus bas en altitude.

Préservation

Espèce protégée, le tichodrome échelette n’est pas menacé. Il est présent en France dans toutes les zones rupestres, y compris non loin de l’eau en zone méditerranéenne. On l’a même observé, en janvier 2011, sur la cathédrale de Bourges ! Dans le Parc national du Mercantour, le tichodrome échelette est davantage présent sur les parois des hautes vallées glaciaires. En été et en hiver on peut l’observer aux alentours voire au coeur des villages de moyenne altitude. Aucune menace ne pèse sur son habitat dans le Parc national.

Comment l’observer ?

Alors qu’il est présent dans toutes les vallées du Parc national, le tichodrome échelette est rarement observé car peu abondant et discret. Son plumage à dominance gris le fait se confondre avec les parois. En mouvement, il se révèlera à l’observateur par la fulgurance de ses ailes rouges.