Parc national du Mercantour
-A +A
Share
Le 16/10/2020
L'info nature
Vous êtes nombreux à nous questionner sur les animaux du Parc. Bien sûr la tempête a été un moment très difficile pour eux aussi, mais après des milliers d’années d’évolution, ils savent s’adapter à ces évènements extrêmes et sont très résilients. Quelques exemples concrets ci-après...

Bouquetin des Alpes

Cinq bouquetins sont équipés de colliers GPS nous fournissant 1 point de localisation toutes les 3 heures. Au plus fort des précipitations, les animaux « font le dos rond » sans bouger en attendant que ça passe. Ce sont des comportements que nous avons également pu observer lors des très grosses chutes de neige. Une fois que le temps s’améliore, ils se remettent en mouvement. Un exemple caractéristiques avec le trajet du bouquetin Ulysse en Gordolasque les 2 et 3 octobre. De manière générale, l'enemble des animaux marqués semblent aller bien...

 

Le bouquetin Ulysse © M. Canut / PnM
Le bouquetin Ulysse © M. Canut / PnM

La loutre

Par ailleurs, on pourrait être tenté de s’inquiéter pour la population de loutre récemment découverte dans la Roya et la Bévéra. Cet animal semi-aquatique utilise en effet les cours d’eau pour se déplacer et s’alimenter. Toutefois, la loutre est aussi une très bonne marcheuse, elle peut parcourir plusieurs kilomètres en une nuit. Le niveau d’eau est monté très haut le 2 octobre, mais de manière progressive, et il y a fort à parier que la plupart des individus se sont mis à l’abri. D’ailleurs, l’une d’entre elles a été observée à Sospel dès le samedi 3 octobre et des empreintes ont déjà été vues sur les berges de la Roya.

 

Loutre © Quartl

Les insectes

Enfin, ceux qu’on imagine assez mal résister à un tel déluge sont les insectes. Et pourtant, il suffit d’observer un lierre même dans les zones les plus impactées et vous verrez : abeilles, guêpes, syrphes, punaises, frelons et même des papillons qui s’affairent et profitent du nectar tardif de cette plante. Où ont-ils trouvé refuge vendredi 2 octobre ? Eux seuls le savent, mais c’est la preuve que la nature se relève vite des épisodes climatiques violents.

Dernier clin d’oeil du monde des insectes : un papillon très rare chez nous, le petit monarque, Danaus chrysippus, a été observé à Sospel cette semaine. Il s’agit d’une espèce asiatique et nord africaine. Grande migratrice, elle est régulièrement observée en France sur le pourtour méditerranéen. Peut-être les vents violents d’Alex l’ont-ils poussée aux portes du Mercantour !

Colletes hederae
Colletes hederae © M. Canut / PnM