Parc national du Mercantour
-A +A
Share
Le 18/10/2018
Le Parc national
Au lendemain de la remise du rapport du GIEC (Groupement d'Experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) sur l’urgence climatique, le réseau des parcs nationaux de France se joint aux nombreuses voix appelant à une mobilisation rapide et massive pour lutter contre les effets des changements globaux et la perte de biodiversité. A cette fin, les parcs nationaux, sentinelles de la nature, souhaitent partager avec le plus grand nombre les expériences et les solutions quis’inventent avec leurs habitants sur leurs territoires, pour certains depuis plus d'un demi siècle.

Fonte rapide des glaciers dans les Ecrins, en Vanoise ou dans les Pyrénées, affaiblissement des gorgones dans les eaux des Calanques et de Port-Cros, prolifération des sargasses sur les côtes de Guadeloupe... Les parcs nationaux, “territoires d’exception” sont témoins – et victimes - du réchauffement climatique et de ses conséquences directes sur le monde vivant, notre santé et notre économie. Face à ce constat sans appel, aux endroits même où la biodiversité bénéficie pourtant des mesures de protection les plus avancées, les parcs nationaux, en écho à une mobilisation grandissante de la part de nos concitoyens lancent un vaste mouvement d’actions sur leur territoire s’appuyant sur une vision prospective à l’horizon 2030.

Les présidents rappellent l'urgence à préserver et à restaurer notre biodiversité,
ressource vitale de l'humanité, partout et sans délai.

Cet appel prospectif et stratégique lancé par les parcs nationaux de France vient naturellement s'inscrire dans les politiques publiques de biodiversité. En application de leurs chartes et de laconvention qui les rattache à l’Agence française pour la Biodiversité (AFB), leur réseau contribue activement à la mise en œuvre du Plan Biodiversité 2020 porté par le Ministère de la transitionécologique et solidaire (MTES) qui autour de 90 actions concrètes, vise à :

  • reconquérir la biodiversité dans les territoires
  • construire une économie sans pollution et à faible impact sur la biodiversité
  • protéger et restaurer la nature dans toutes ses composantesDévelopper une feuille de route
  • européenne et internationale ambitieuse pour la biodiversité
  • connaître, éduquer, former
  • améliorer l’efficacité des politiques de biodiversité

A ce titre, les parcs nationaux déjà fortement engagés dans ce combat, veulent intensifier leurs actions et s'engagent donc, en lien fort avec l’AFB :

  • A créer des observatoires « Homme-Nature-Climat » pour mieux comprendre et mieux démontrer les liens entre biodiversité et changement climatique, mais aussi à developer la connaissance surla biodiversité dans les territoires via l’élaboration d’atlas de la biodiversité communale
  • A développer des solutions adaptatives fondées sur la nature pour conforter la résilience des filières économiques locales (agro-écologie, pêches artisanales, naturalité forestière, etc.) en mobilisant des outils comme la marque Esprit Parc National
  • A partager leurs expériences réussies de gestion et de conservation à destination des Territoires Engagés pour la Nature et plus généralement de la biodiversité ordinaire, au bénéfice de tous
  • A renforcer leurs missions d'éducation à la nature partout où cela est possible, en créantdes aires marines et terrestres éducatives et en promouvant un dispositif de “parcours en nature”pour chaque génération d'age
  • A renforcer la protection de leurs espaces emblématiques, en conduisant une lutte contre les pressions qu'ils subissent (braconnage, orpaillage, surfréquentation, etc.)
  • A se mobiliser fortement pour réduire les pollutions lumineuses et à développer des projets de réserves internationales de ciel étoilé pour préserver notre biodiversité nocturne
  • A développer en Outre-Mer des partenariats avec les pays voisins pour connecter ladémarche française de “plan biodiversité” à des échelles régionales et internationales
  • A se mobiliser pour une stratégie ambitieuse de création d'aires protégées, qui dépasse la création du 11eme Parc national de Forêt, très attendue, et au-delà pour une meilleure prise en compte des continuités écologiques et bien entendu de la préservation de nos ressources en eau.

Cet appel à la mobilisation citoyenne et à l'action est porté par les présidents des établissements publics des parcs nationaux de France, élus des territoires : Laurent Grandsimon (les Pyrénées), Didier Réault (les Calanques), Isabelle Monfort (Port-Cros), Rozenn Hars (la Vanoise), Bernard Héritier (les Ecrins), Charles-Ange Ginesy (le Mercantour), Claude Suzanon (la Guyane), Daniel Gonthier (La Réunion), Ferdy Louisy (la Guadeloupe), Henri Couderc (les Cévennes) et Marcel Jurien de la Gravière (projet de Parc national des forêts de Champagne-Bourgogne).

Lancé depuis Cassis, cet appel prend tout son sens dans la perspective de l'organisation par la France, à Marseille, du Congrès mondial de la nature en juin 2020. Il s’inscrit dans la mobilisation collective en faveur de la biodiversité appelée de ses souhaits par le Gouvernement pour cetteséquence 2020 et dont l’animation est confiée à l’Agence Française pour la Biodiversité.

Face aux changements globaux, Les parcs nationaux de France s'engagent
Face aux changements globaux, Les parcs nationaux de France s'engagent © L.Scheyer/PNM
Liens utiles