Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Sandrine Carletti

Haute vallée du Var

Eleveuse et bergère

« J’ai l’impression, quand je suis à la montagne, de dominer le monde. »

 

Sandrine Carletti

Portrait par Eric Lenglemetz
Recueil de témoignage par Noëlie Pansiot

 

Les brebis depuis toujours

Mes parents sont éleveurs, ils avaient tous les deux des brebis. Moi, je suis née au mois de juillet et j’ai donc tout de suite été à la montagne. Et depuis, j’y ai passé tous mes étés. 

C’est vraiment le paradis en fait d’être ici. 

J’ai toujours aidé mes parents : les week-ends, avec mon père, et les vacances, passées à les aider aux brebis. J’ai fait un BTS et j’étais dans l’optique de m’installer avec mes propres brebis, mon troupeau. C’était mon truc .

 

La transhumance

On fait la transhumance à pied sur deux jours. On déplace les brebis en passant par les montagnes, on ne passe pas par la route. Moi, c’est là que je suis vraiment bien. On y est au petit matin, il n’y a personne. Il n’y a que le bruit des brebis et on voit tout le panorama, au loin. 

C’est là que je suis bien, quand on fait la transhumance.

J’ai l’impression, quand je suis à la montagne, de dominer le monde. En haut d’un sommet, j’ai toujours envie d’aller plus haut pour voir ce qui se cache derrière, pour être au calme. C’est vraiment ça qui me plaît.