Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Les vallées de la Roya et de la Bévéra

Des montagnes aux airs méditerranéens...
Drainée par une rivière de 60 km de long, la vallée de la Roya qui s’étire le long de la frontière italienne vous convie à un voyage géologique. En quelques kilomètres, vous passerez du monde méditerranéen des oliviers à l’univers alpin des pins cembro. Les basses vallées de Roya - Bévéra offrent un paysage typiquement méditerranéen, aride et minéral. Le Parc enregistre d’ailleurs son altitude minimale à Breil (140 m) parmi les oliviers.
Il y règne une remarquable diversité de la faune et de la flore dans ce paysage marqué par l’érosion glaciaire et karstique et où l’empreinte de l’homme est partout présente. Dans un vaste cirque glaciaire émaillé de lacs, environ 40 000 gravures rupestres datant de 3 000 ans avant J.-C. s’étalent sur des grès aux tons d’ocre et de rouille : c’est la vallée des Merveilles. Dans ce paysage minéral, dominé par les 2872 mètres de l’énigmatique Mont Bego, ces gravures énigmatiques suscitent mystère et admiration…
 

A ne pas manquer

  • Vallées des Merveilles et de Fontanalba
  • Vallée de la Valmasque
  • Notre Dame des Fontaines
  • Le circuit de l’Authion et son panorama sur la partie orientale du massif du Mercantour qui plonge vers la Méditerranée
  • Le Monastère de Saorge
Le Grand et le Petit Capelet, la cime du Diable, depuis l'Authion et ses pelouses alpines.
Le Grand et le Petit Capelet, la cime du Diable, depuis l'Authion et ses pelouses alpines.

 

Les villages de la vallée

Tende

Un riche patrimoine naturel et culturel

Cité marchande sur la route du sel, Tende fut le siège d’une puissante corporation de muletiers. De cette période, est issu un riche patrimoine religieux ; la collégiale N.D. de l’Assomption, classée, de style gothique (fin XVème siècle), recèle des orgues des facteurs Serassi (1807). Outre les fortifications qui couronnent la ligne de crête en frontière avec l’Italie, le territoire de Tende comprend le hameau de Casterino, “porte” du Parc national du Mercantour.

Presque un tiers de cette commune, la plus grande des Alpes-Maritimes, est inscrit dans le Parc, ce qui confirme la richesse tant archéologique, avec la vallée des Merveilles, que naturelle et paysagère de son territoire. En effet, en plus d’une flore rare et d’une faune variée, sont recensés près de 120 km de rivières et torrents poissonneux, ainsi que vingt-quatre lacs au pied de sommets frisant les 3 000 m d’altitude.

Site internet : www.tendemerveilles.com

Se distraire

Parmi les fêtes qui rythment l’année, la Saint-Éloi en juillet redonne vie à la route du sel, avec une cavalcade de mulets et leurs conducteurs en costumes traditionnels.

La Fête de la Saint Roch (saint patron des bergers) à la mi-août est une grande fête paysanne, l'occasion de retrouver les produits et artisanat local de la montagne.

Mais aussi : Le Musée des Merveilles dédié à la vallée des Merveilles et de Fontanalba, l'un des plus importants sites de gravures rupestres d'Europe. Ouvert toute l'année, entrée gratuite. Sans oublier de nombreuses animations, foires, expositions, concert tout au long de l'année.

Pour les amoureux des grands espaces, Castérino petit hameau situé à 1550 m d'altitude départ de nombreuses randonnées dans le Parc national du Mercantour et l'hiver domaine de ski de fond.

Le village médiéval de Tende

Le village médiéval de Tende ©Jacques Sarrut/PNM

 

Saorge

Un royaume de l'art baroque

Étape sur le chemin ducal ou route du sel reliant Nice à Coni, Saorge se déploie en amphithéâtre au-dessus de la Roya.

Les hautes maisons des XVème et XVIIème siècles présentent une belle architecture ligure. Du lacis des ruelles obscures, émergent les clochers aux tuiles vernissées de nombreux édifices religieux classés, dont plusieurs chapelles de Pénitents. L’église Saint-Sauveur (XVème siècle) recèle un riche mobilier.

La chapelle N.D. del Poggio est accompagnée d’un exceptionnel clocher roman lombard à six étages ; à l’intérieur, des fresques sont attribuées à G. Baleison.

Le Monastère de Saorge, ancien couvent franciscain d’architecture baroque, et son jardin en terrasses datent du XVIIème siècle. Ils sont ouverts à la visite de février à octobre, par le Centre des monuments nationaux. La visite du monastère comprend à la fois l’église dédiée à Notre-Dame des Miracles, le cloître et ses fresques illustrant la vie de Saint-François d’Assise, la sacristie, le réfectoire, le jardin et son potager écologique. Le monastère propose de nombreux événements culturels, et des animations d’une grande qualité. Il abrite également une résidence d’écriture réservée à des écrivains et artistes professionnels.

Sites internet : www.saorge.fr / www.monastere-saorge.fr
 

Se distraire

Outre la fête patronale et celle du Livre, deux autres ont pour support les productions ancestrales du terroir : les olives en avril et les châtaignes en novembre.
Les activités de nature se partagent entre la randonnée, notamment dans la vallée du Caïros, où les “casouns”, petites maisons au toit en voûte, ponctuent les champs, et les sports d’eaux vives sur la Roya, ainsi que le canyoning sur la Bendola.

 Le village de Saorge accroché à la pente au-dessus des gorges de la Roya

Le village de Saorge accroché à la pente au dessus des gorges de la Roya  ©Eric Le Bouteiller/NM

 

Breil-sur-Roya

Le règne de l'olivier

Étape sur l’ancienne route du sel reliant le Piémont à la Méditerranée, Breil se niche au coeur d’une fertile oliveraie. Plantés sur les terrasses construites de main d’homme, quelques 26 000 oliviers confèrent au village une ambiance méditerranéenne. Richesse d’hier et d’aujourd’hui, puisque la moitié de la production est pressée, tandis que l’autre fournit les “olives de Nice”.

Avec ses façades ocre et rose, ses décors en trompe-l’oeil, les tuiles vernissées de ses clochers, Breil est un fleuron de l’architecture ligure ; l’art baroque n’est pas en reste avec la spectaculaire église Santa-Maria-in-Albis, classée.

Site internet : www.breil-sur-roya.fr

Se distraire

Plusieurs fêtes de village ponctuent toute l'année : Mej’Agoust, foires, expositions, Saint Bernard...

Avec un tiers de son territoire dans le Parc national du Mercantour, Breil propose de nombreuses randonnées.

La Roya, ses affluents et le plan d’eau sont des sites d’exception pour les sports d’eaux vives.

 Vue plongeante sur les toits de Breil-sur-Roya

Vue plongeante sur les toits de Breil-sur-Roya  ©Guy Lombart/PNM

 

Moulinet

Entre Alpes et Méditerranée

Sur la route des Grande Alpes, Moulinet est un village aux maisons anciennes, niché dans un cadre de verdure. À l’écart et perchée au-dessus des gorges de Piaon, où s’engouffre la Bévéra, la chapelle romane N.D. de la Menour, site classé, est desservie par un escalier monumental.
Au-dessus de Moulinet, la forêt de Turini mêle de magnifiques pins sylvestres, hêtres, sapins, épicéas et mélèzes. Plus haut, se déploie le massif de l’Authion, équipé de fortifications ; sa position stratégique lui a valu d’être le théâtre de violents combats lors du repli de l’armée allemande en 1945.

Site internet : www.moulinet.net

Se distraire

La boucle de l'Authion est un itinéraire essentiellement routier se déroulant pour partie en zone coeur du Parc national du Mercantour. Des guerres napoléoniennes au dernier conflit mondial, le site de l’Authion rappelle par ses nombreux forts ruinés (Mille Fourches, Plan Caval, la Forca, pointe des Trois Communes) les tragiques faits d’armes qui s’y déroulèrent. Aujourd’hui le plateau de l’Authion se prête particulièrement à une promenade familiale à vélo.

Située sur une boucle de randonnée proche du village, la chapelle Saint-Michel est en retrait d’un éperon dont l’escarpement domine directement le village actuel.

La glacière du Seuillet correspond à un des sept sites de production et de stockage de glace sur le territoire de Moulinet. De formes circulaires, creusées dans  le  sol,  elles  constituent  une  sorte  de  puits  en  pierres séches.

Le village de Moulinet

Le village de Moulinet ©Laurent Malthieux/PNM

 

Sospel

Une histoire vieille de 3000 ans

La prospérité de Sospel coïncide avec les grandes heures de la route du sel entre Nice et Coni : par le péage du Pont Vieux (XIIIème siècle), passaient des milliers de mulets. Au XVIIIème siècle, sous l’autorité savoyarde, les poètes de cette cité de trois mille habitants y créent l'“Academia degli Occupati”.

Parmi les réalisations de l’art baroque, la cathédrale Saint-Michel, classée, est la plus grande des Alpes-Maritimes ; elle recèle un retable attribué à F. Bréa. Devant, la place Saint-Michel est couverte d’une superbe calade. Aux confréries des Pénitents, est due, notamment, la chapelle des Pénitents Blancs du XVIe siècle, classée.

Site internet : www.sospel-tourisme.com

Se distraire

Sospel mêle les genres : récitals d’orgues, processions religieuses et concours d’épouvantails ont lieu dans ce village haut en couleurs. En été, outre les promenades dans le bassin de Sospel, le fort Saint-Roch, appartenant à la ligne Maginot, propose deux musées, et les fortifications du mont Barbonnet, des visites guidées sur la bataille des Alpes de juin 1940. Ensoleillement, conditions aérologiques et dénivelés créent des “spots” de vol libre réputés.

 Le village de Sospel sur les rives de la Bévéra. Au fond, le vieux pont

Le village de Sospel sur les rives de la Bévéra. Au fond, le vieux pont ©Jacques Sarrut/PNM