Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Genette commune

Genette commune

Genette commune, par Remy Masseglia

 

Nom scientifique : Genetta genetta

Origine de l’espèce

La présence de la genette est connue en Europe depuis plus de 2000 ans. Il est aujourd’hui avéré que l’espèce a été importée du Maghreb en Espagne par les Maures. L’objectif de ces introductions visait à lutter contre les rongeurs ravageurs des cultures et des stocks de grains. La genette était aussi un animal domestique apprécié au Moyen-Age. Toutefois, du fait de sa forte odeur musquée, la chat domestique l’a peu à peu remplacée à la fois dans la lutte contre les rongeurs et comme animal de compagnie.

Les genettes domestiquées sont retournées à l’état sauvage et ont progressé depuis la péninsule ibérique vers le Sud-Ouest de la France. Aujourd’hui, cette espèce est présente en France dans la partie sud d’une large diagonale Nantes-Nice.

La genette est donc une espèce introduite en Europe, mais qui étend naturellement son aire de répartition dans les milieux favorables. 

Pour en savoir plus sur la différence entre une introduction, une réintroduction ou un retour naturel, cliquez-ici

 

Identification

La Genette est un mammifère carnivore nocturne, très discret. Sa taille, sa couleur et sa morphologie la font parfois confondre avec un chat. Elle possède des oreilles arrondies, de courtes pattes, un corps allongé de 50 cm présentant un pelage gris argenté marqué de taches noires, entièrement blanc sous le ventre et une très longue queue annelée. En effet, cette queue qui atteint 40 cm est presque aussi longue que le corps et lui sert de balancier. C’est un petit carnivore léger pesant entre 1,5 et 2 kg.

C’est la seule espèce représentante européenne de la famille des Viverridés.

 

Habitat

La genette est capable de vivre dans des habitats assez variés. Toutefois, elle semble préférer les zones chaudes et boisées ou de garrigues, présentant des promontoires rocheux. Elle recherche généralement la présence de points d’eau. 

Dans le Mercantour elle est bien présente dans les basses vallées de la Roya, Bévéra, Vésubie et Tinée. Sa présence est plus sporadique dans le haut var et le haut Verdon. Elle est à ce jour absente de la vallée de l’Ubaye. Bien qu’elle soit plus commune entre 0 et 1000 m d’altitude, certaines observations en Vésubie et en Roya ont été faites au-delà de 1600 m.

 

Comportement

La genette vit en solitaire. C’est une excellente grimpeuse, mais elle chasse principalement à terre. Il semble qu’elle n’a pas de terrier fixe et passerait ses journées à dormir dans un endroit abrité (rocher, arbre, ancien terrier..) Les territoires d’un mâle et d’une femelle peuvent se recouvrir. Son comportement très discret et nocturne rend les observations directes difficiles, les mœurs de la genette sont donc encore mal connus. Les principaux indices de sa présence sont les crottiers, qu’elle laisse sur des promontoires rocheux. Le développement de l’utilisation des pièges photographiques permet de détecter la présence de l’espèce mais aussi de mieux comprendre son comportement.

 

Cycle de vie

La genette atteint sa maturité sexuelle à l'âge de deux ans. Le rut principal a lieu en janvier-février. Même si la reproduction peut avoir lieu toute l'année, avec une gestation de deux mois. Les portées se composent généralement de 2 à 4 petits.

 

Régime alimentaire

Mammifère carnivore, l’analyse du contenu des crottiers montre que la genette consomme très majoritairement des micromammifères, puis des insectes et des passereaux. Toutefois, elle peut compléter ce régime carné avec quelques fruits.

 

Préservation

La genette est protégée au niveau national. Cette espèce est actuellement en légère expansion en France et dans le Mercantour. Aujourd’hui, elle ne semble pas menacée en France ni dans son aire de répartition d’origine.

Toutefois, aux abords des zones urbanisées, l’utilisation de raticides peut causer des empoissonnements indirects.

Pour connaitre le statut actuel de l'espèce, cliquez-ici.

 

Comment l'observer ?

La genette fait partie des animaux les plus difficiles à observer. Si vous l’apercevez ce sera probablement de manière très furtive sur une petite route des basses et moyennes vallées du Mercantour. Une très longue queue annelée qui file devant vos phares à la tombée de la nuit, pas de doute il s’agit d’une genette et non d’un marsupilami !

Genette commune © R. Masseglia
Genette commune © R. Masseglia