Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Les prairies de fauche

Les prairies de fauche, clés de voûte des exploitations d'élevage du Parc, représentent de forts enjeux agronomiques et écologiques. Leur première raison d'être est de constituer une ressource fourragère pour l'élevage mais selon leur mode de gestion, elles peuvent présenter une diversité floristique et faunistique remarquable, constituant en cela des milieux fortement patrimoniaux pour le Parc.

En montagne, l'hiver est long et chaque année se pose la question de la couverture des besoins des troupeaux durant ces 5 à 6 mois. L'achat de foin extérieur fragilisant l'exploitation sur un plan financier, l'autonomie fourragère est un idéal à approcher. La prairie de fauche fait ainsi  vivre le bétail mais aussi les hommes, leur maintien conditionne celui du tissu agricole en montagne.

 

Pré de Fauche de Pra Long, à Estenc (Entraunes)

Pré de Fauche de Pra Long à Estenc (Entraunes), par L.Martin-Dhermont/PNM

 

Côté flore, elles n'abritent pas toujours de plantes remarquables, rares ou patrimoniales : c'est leur diversité qui fait leur richesse. Dans certaines conditions (fauche tardive, fertilisation modérée), on peut recenser jusqu'à une cinquantaine d'espèces végétales dans une même prairie. Cette grande diversité attire de nombreux insectes, qui, eux-mêmes, constituent l'alimentation de base de nombreux petits prédateurs, notamment des oiseaux et des chauves-souris. Leur entretien passé a également créé des microhabitats en lisière de ces prairies (amas de pierres par exemple).

Elles ne représentent plus aujourd'hui que 1 500 ha dans le Parc, presque exclusivement en aire optimale d’adhésion. Elles sont menacées à la fois par l'abandon de la fauche et par l'intensification des pratiques (engrais, irrigation). Leur maintien ainsi que leur gestion raisonnée est un objectif important pour le Parc, qui mène pour cela diverses actions en partenariat avec les éleveurs.

 

Les actions du Parc sur les prairies

La mise en œuvre de la politique Natura 2000

Le Parc met en œuvre des Mesures AgroEnvironnementales et Climatiques (MAEC) sur les prairies de fauche dans le cadre de la politique Natura 2000. Il s’agit de contrats passés avec les éleveurs qui s’engagent à maintenir la fauche sur leurs terrains et à assurer une bonne gestion des prairies. Leur particularité est de porter sur un engagement de résultats : conserver la présence d'au moins 4 plantes parmi une liste d'espèces établie localement. Ce sont ainsi 14 exploitations qui se sont engagées à maintenir la qualité écologique de leurs prairies de fauche en 2018. Dans le cadre de ces contrats, un cahier de recommandations est construit par le Parc en partenariat avec la Chambre d’agriculture et est remis a chaque agriculteur engagé dans le dispositif.

 

Prairie fleurie à Entraunes

Prairie fleurie à Entraunes, par M.Ancely/PNM

 

Le concours Prairies fleuries

Depuis 2010, le Parc organise le concours des "prairies fleuries" avec les éleveurs des différentes vallées. Ce concours d’excellence “agri-écologique“ constitue la sélection locale du Concours Général Agricole des Prairies fleuries organisé au niveau national. Il récompense les agriculteurs qui relèvent le défi technique de la production d'herbe ou de foin tout en maintenant et favorisant la biodiversité de leurs prairies. Chaque prairie inscrite au concours est soumise au jugement d'un jury d'experts. Ce groupe d'experts aux compétences variées et complémentaires désigne les lauréats sur des critères d’agronomie, de qualité fourragère, de botanique, de phytosociologie, d’apiculture, d’entomologie et de faune sauvage. Il récompense l'équilibre agri-écologique mais aussi la valeur mellifère, apicole, paysagère et patrimoniale de ces milieux menacés à l'échelle européenne.

 

Analyse d'une prairie dans le cadre du concours Prairies fleuries

Analyse d'une prairie dans le cadre du concours Prairies fleuries, par M.Ancely/PNM

 

Plus d’informations : prairiesfleuries.espaces-naturels.fr

En 2017, le concours a été organisé en partenariat avec l'aire protégée Alpi Marittime sur 5 communes des vallées du haut-Var et du Cians et sur la commune italienne de Roaschia.