Parc national du Mercantour
-A +A
Share
Le 16/12/2018
L'info nature
Les prospections entomologiques menées dans le cadre de l’Explor’Nature à Sospel ont permis de découvrir une population d’Haploembia solieri, animal d’environ 1 cm de long, appartenant à un ordre d’insectes qui n’avait encore jamais été signalé sur le territoire du Parc du Mercantour, celui des « embioptères ».

Cet ordre constitue un petit groupe d'insectes essentiellement tropicaux et subtropicaux. Le nom Embioptera ("ailes animées") n'est pas particulièrement représentatif du groupe (tous les insectes volants battent des ailes pour voler !), a fortiori pour notre Haploembia solieri qui présente la singularité d’être totalement dépourvu d’ailes…

L’appellation anglophone de « webspinners » (tisseurs de toiles) est plus pertinente et évoque la capacité, unique chez les insectes, à filer la soie à partir de structures situées sur leurs pattes antérieures (en quelque sorte à la façon de Spiderman). Ces pattes antérieures sont d’ailleurs hypertrophiées (et rappellent cette fois Popeye !). Avec cette soie, les embioptères tissent, sous les pierres, un abri comprenant des galeries interconnectées menant jusqu’à leurs ressources alimentaires (débris végétaux au sol).

Autre particularité, les embioptères sont capables de déplacements rapides à la fois en avant et en arrière. Leur biologie est méconnue, mais on sait que les femelles assurent le soin et l’alimentation de leurs jeunes (fait assez rare chez les insectes non sociaux).

Plus de 360 ​​espèces d'embioptères ont été décrites dans le monde, dont seulement deux sont connues en France. Et pour l’instant une seule sur le territoire du Parc, Haploembia solieri, de répartition strictement méditerranéenne (bien qu’accidentellement introduite aux Etats-Unis et au Japon).

Pour aller plus loin : c’est aux saisons les moins chaudes et sèches qu’on a le plus de chances d’observer des embioptères, en retournant les cailloux dans les endroits bien exposés. Haploembia solieri est brun-rougeâtre, tandis que l’autre espèce française, Embia ramburi, est noirâtre. On reconnaitra les mâles à leurs cerques asymétriques.

 

Haploembia solieri (Rambur, 1842)

Famille des Oligotomidae

Ordre des Embioptera

Haploembia solieri
Haploembia solieri © J-L Hentz