Parc national du Mercantour
-A +A
Share
Le 24/01/2023
L'info nature

Les randonneurs du Parc et d’ailleurs ont déjà dû le constater, il est malheureusement difficile de faire une sortie sur le terrain sans trouver des déchets abandonnés. Parmi eux, il est fréquent de trouver de vieilles bouteilles en verre.

Au-delà de l’aspect inesthétique de ce type de déchets, les bouteilles sont de véritables pièges pour la petite faune, en particulier les insectes et les micro-mammifères (rongeurs et musaraignes). Ces derniers, attirés par les restes sucrés ou alcoolisés des bouteilles et les insectes piégés, y entrent très facilement mais ne peuvent pas en sortir. Ils s’y retrouvent ainsi piégés et y meurent.

Avec des clés de détermination basées sur les caractéristiques morphologiques des crânes et des mandibules, il est possible de déterminer les espèces ainsi piégées.

C’est ainsi que dans une vieille bouteille abandonnée, ramassée dans un roncier au bord d’une piste de Tinée début décembre, des restes (crânes et mandibules inférieures) de six Crocidures des jardins (Crocidura suaveolens) ont été découverts.

Il s’agit d’une petite espèce de musaraigne, inféodée aux milieux plutôt secs et présente en France au sud d’une ligne entre la Bretagne et les Alpes du Sud. Ni vraiment rare, ni très abondante, c'est l'une des seules espèces de musaraignes à avoir un statut de conservation défavorable en France (classée en « quasi menacée » dans la Liste Rouge des Mammifères de France).

Les micro-mammifères sont très difficiles à détecter. Pourtant, certaines espèces revêtent de forts enjeux de conservation. On peut penser au Campagnol de Savi (uniquement présent en France en Haute Roya), à la Crossope aquatique et à la Crossope de Miller (musaraignes protégées, inféodées aux cours d’eau et aux zones humides) ou à la Musaraigne alpine (très rare en France, encore inconnue du Mercantour, mais présente dans le Parc italien Alpi Marritime tout proche).

En plus de participer au nettoyage de la nature, le ramassage de vieilles bouteilles abandonnées peut être un moyen d’accroître les connaissances naturalistes locales et à l’échelle du Parc.

Crocidure des jardins - image d'illustration. Photo : Sebastian Ritter.
Crocidure des jardins - image d'illustration. Photo : Sebastian Ritter.