Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Spélerpès de Strinati

Spélerpès de Strinati

Spélerpès de Strinati, par M.Ancely/PNM

Nom scientifique : Speleomantes strinatii

 

Identification

Le spélerpès a l'aspect général d'une petite salamandre terrestre assez mince, au corps allongé et légèrement aplati. Il mesure en moyenne 11,5 cm chez le mâle et 12,5 cm chez la femelle. Il possède de grands yeux prohéminents dont l'iris est doré et noir. Ses pattes sont courtes, la queue plutôt épaisse et moins longue que le corps. La peau est lisse et d'une belle couleur brun mordoré tacheté de jaune ocre, avec des variations de coloration importantes entre les individus.

 

Habitat

Il est endémique de l'extrême sud-est de la France, du Piémont méridional et de la Ligurie. Dans les Alpes-Maritimes, il n'est présent qu'à l'est du fleuve Var, notamment pour le Mercantour dans les vallées de la Roya, Bévéra, Vésubie et moyenne Tinée.

C'est une espèce méditerranéenne mais adaptée à un climat ou à un microclimat humide et souvent froid. On la trouve à partir de 20 mètres au-dessus du niveau de la mer et jusqu'à 2000 m d'altitude dans les Alpes-Maritimes. L'espèce est fréquente dans les zones accidentées, surtout sur substrat calcaire, dans des milieux variés, l'important étant qu'ils lui offrent de bonnes conditions de températures et d'humidité. On le trouve ainsi dans les grottes, crevasses, éboulis, cavités artificielles, mais aussi en bordure de ruisseaux sous couvert forestier.

 

Régime alimentaire

Le spélerpès consomme une grande variété de proies : araignées, mouches, petits crustacés du sol, mille-pattes... Ces proies sont capturées à l'aide de sa longue langue qu'il projette. Les populations cavernicoles semblent chasser surtout à l'extérieur de leur grotte.

Il a été démontré que les espèces du genre Speleomantes sont capables de capturer leurs proies en l'absence totale de lumière, ce grâce à des stimuli chimiques.

 

Cycle de vie

C'est une espèce totalement terrestre qui possède une grande facilité à se mouvoir sur les parois rocheuses. Il est nocturne, mais il est possible de l'observer de jour, notamment par temps de pluie. Il est actif pratiquement toute l'année, mais principalement au printemps et à l'automne lorsque les températures sont modérées. L'accouplement se produit probablement en hiver et au printemps. La ponte a lieu entre l'automne et l'hiver qui suit l'accouplement, elle est composée de 6 à 14 oeufs. Ces oeufs sont réunis par des cordons muqueux autour desquels la femelle reste lovée pour les protéger des prédateurs ou des infections fongiques et bactériennes, ce jusqu'à la sortie des petits. Cette phase dure plusieurs mois. Lorsqu'elle sort de l'oeuf, la larve est parfaitement formée et commence à se nourir un mois et demi après l'éclosion. La maturité sexuelle est atteinte vers 3 ans chez les mâles et vers 5 ans chez les femelles. Bien que la durée de vie ne soit pas connue, ces données nous conduisent à penser que les spélerpès ont une longévité importante.

 

Préservation

La discrétion du spélerpès de Strinati, à laquelle s'ajoute la particularité de ses habitats, explique qu'il a été longtemps considéré comme rare. En réalité, il apparait commun dans le coeur de son aire de répartition où les cavités sont nombreuses. Néanmois, son aire de répartition réduite et son faible taux de reproduction le rendent sensible aux perturbations, ce qui justifie son statut d'espèce protégée en France et son classement parmi les espèces "Rares" dans le livre rouge des vertébrés de France.

Le maintien en bon état des zones forestières humides, des cours d'eau et surtout des habitats interstitiels karstiques apparait comme le moyen le plus efficace de conserver les populations de l'espèce. Dans certains cas, la fermeture des grottes les plus altérées par la fréquentation humaine entrainant des pollutions, voire du dérangement intentionnel de l'espèce, et où les populations présentent de hautes densités pourrait être un bon moyen de sauvegarde.

 

Comment l'observer ?

Difficilement observable, le spélerpès profite largement des construction humaines : murs de soutènement, ponts, caves, cavités artificielles... Si vous vivez dans l'un des villages de son aire de répartition, vous pourrez peut-être en observer dans votre propre cave ! Mais la plupart du temps, les observations se font au cours de sorties spéléologiques. Si vous croisez la route d'un spélerpès : ne le touchez pas et ne l'éblouissez pas avec votre frontale.