Parc national du Mercantour
-A +A
Share

Pic noir

Pic noir nourrissant ses petits

Pic noir nourrissant ses petits ©R.Chevalier/Parc national des Ecrins

Nom scientifique : Dryocopus Martius

 

Identification

Le plumage du pic noir est noir luisant, le mâle a une calotte rouge vif sur la tête, qui est plus restreinte chez la femelle. Son bec est blanc ivoire avec la pointe noire. Ses pattes sont gris foncé et son œil est blanc teinté de jaune pâle. Véritable grimpeur, ses pattes courtes et trapues, prolongées par des ongles acérés, lui permettent des prises efficaces. Sa queue longue, pointue et forte lui assure un appui sûr. Armé d’un bec long, droit et puissant, il frappe l’écorce des arbres à la recherche de nourriture et pour y creuser son nid. Il pèse entre 255 et 360 g. Son envergure est estimée entre 65 à 70 cm. C’est le plus grand pic d’Europe.

Habitat

Le Pic noir est sédentaire. Assez bien représenté dans le Mercantour, on le trouve principalement dans les forêts d’altitude : mélézins et sapinières où il apprécie la présence de quelques feuillus.

Comportement

Solitaire et très farouche, on peut néanmoins observer le pic noir au printemps, lorsqu’il creuse sa "loge" dans le tronc, entre 7 et 18 m au-dessus du sol, pour y déposer ses œufs et élever ses petits. Il est particulièrement loquace : ses cris caractéristiques et son martèlement puissant révéleront sa présence.

Il change de loge de nidification chaque année. Ses loges inoccupées servent par la suite d’abris à de nombreuses autres espèces : chauves-souris forestières, chouette de Tengmalm, martre des pins...

Régime alimentaire

Les insectes, fourmis rousses, larves et œufs, qu’il happe dans les fissures du bois avec sa longue langue gluante constituent la nourriture préférée du Pic noir. Occasionnellement, il peut se nourrir de fruits et de baies. Pour accéder à une fourmilière, il est capable de creuser des galeries dans la neige. Il descend volontiers au sol pour éventrer les fourmilières et fouiller dans les vieilles souches ou dans les troncs d’arbres tombés à terre. Après son passage, le sol est jonché d’éclats de bois, semblables à de la sciure.