Parc national du Mercantour
-A +A
Share
Du 06/04/2018 au 27/04/2018
3 commentaires

Rappel des dispositions réglementaires

Article 15 du décret n°2009-486 Charte du PNM - modalité n°30

« II – Sont réglementés par le directeur de l'établissement public et, le cas échéant, soumis à autorisation : […] 3° le bivouac »

« II – le directeur réglemente le bivouac dans les conditions cumulatives suivantes :

1° distance d'au moins une heure de marche d'un point d'accès routier ou des limites du cœur, ou sur des sites identifiés à cet effet, non aménagés, non terrassés et non profilés pour ce seul usage ;

2° dans une tente légère ne permettant pas la station débout lorsqu'une tente est utilisée ;

3° durant le créneau horaire compris entre 19 heures et 9 heures ;

4° en dehors des zones à protéger interdites au bivouac à titre temporaire ou définitif, du fait notamment de la présence d'espèces animales ou végétales, ou de zones de régénération suite au piétinement.

L'autorisation individuelle précise notamment les modalités, périodes et lieux. »

 

Problématique de la réglementation actuelle

II-a. L'usage des réchauds portatifs autonomes et le bivouac

L'article 3 du décret propose un régime dérogatoire à l'interdiction de « porter et d'allumer du feu en cœur de parc national », applicable à l'usage des « réchauds portatifs autonomes ».

Actuellement, la réglementation n°2013-08 (article 2) relative au bivouac inclut l'usage des réchauds portatifs autonomes ; elle l'autorise mais le restreint aux mêmes règles que le bivouac, ce qui est jugé trop limitatif.

 

II-b. Les « aires de bivouac »

En règle générale, la réglementation n°2013-08 interdit le bivouac en tout lieu qui ne serait pas éloigné de plus d'une heure de marche d'un accès routier ou des limites du cœur de parc.

Deux localisations font exception à cette régle :

  • la zone réglementée des gravures rupestres des Merveilles et de Fontanalbe
    Dans cette zone, il est interdit de circuler en dehors des sentiers pédestres balisés pour toute personne n’étant pas dûment autorisée ou encadrée par un « accompagnateur agréé Merveilles ». Il est également interdit de toucher, de marcher, de stationner ou de déposer quoique ce soit sur les gravures. Il est enfin interdit d’utiliser des cannes et des bâtons ferrés. Ces interdictions sont issues de l’arrêté n°2013-09 du 3 juin 2013.
    La pratique du bivouac n’est donc pas possible dans cette zone, puisqu’elle implique de sortir des sentiers balisés et induit un risque d’impacts d’éléments métalliques sur les gravures (piquets ou arceaux de tente par exemple).
    L’actuelle réglementation « bivouac » introduit donc la possibilité de pratiquer cette activité en deux lieux bien définis et limités en surface au sein de la zone réglementée ; il s’agit de « l’aire de bivouac située à proximité du refuge des Merveilles » et de « l’aire de bivouac située sous le refuge de Fontanalbe ».
    Cette disposition doit être maintenue car elle permet aux randonneurs, notamment transfrontaliers, de pouvoir bénéficier d’un espace de repos au cours de leur itinérance à travers les massifs du Mercantour et de l’Argentera
    En outre, la proximité immédiate des refuges permet aux campeurs de disposer d’un minimum de commodités publiques, tel que l’accès à l’eau ou à des sanitaires reliés à un dispositif d’assainissement autonome.
     
  • l’aire de bivouac de la Madone de Fenestre
    A l’époque des premières réglementations « bivouac » du Parc national du Mercantour (1995), l’aire de la Madone de Fenestre avait été maintenue à titre provisoire, dans l’objectif de maîtriser progressivement l’étendue et les conséquences des campements qui s’installaient habituellement sur le site. Cet espace est situé à proximité immédiate d'une route métropolitaine ouverte à la circulation publique des véhicules à moteur. Dans la mesure où le sanctuaire attire chaque année plusieurs milliers de visiteurs, l'aire de bivouac est très exposée aux bruits et à la vue, en raison de l’absence d’écran visuel (végétation, bâtiment...). Elle est de plus éloignée de tout équipement accessible au public (eau, sanitaire).
    Elle accueille de fait de moins en moins de pratiquants ; ceux-ci utilisent majoritairement un véhicule motorisé pour accéder au plus proche de l'aire de bivouac. A contrario, les randonneurs en provenance du GR52 privilégient des endroits plus isolés et discrets pour y monter leur tente.

 

Proposition de nouvelle réglementation

Jusqu'à présent, la pratique du bivouac telle qu'elle est réglementée n'a pas généré d'impacts mesurables et objectifs sur les milieux ou les espèces du cœur de parc. Elle n’a d’impact probant que visuel, au niveau de l’aire de la Madone de Fenestre.

Le bivouac, pratiqué aux abords des sentiers et des refuges de montagne, constitue de plus une composante essentielle de la randonnée itinérante et de la découverte des espaces naturels à pied, activités encouragées par l’objectif I de la Charte du parc.

 

Il convient donc de pouvoir maintenir cette pratique dans les limites de la réglementation en vigueur depuis 2013, à deux exceptions près :

  • désolidariser l'usage des réchauds portatifs autonomes de la pratique du bivouac. L’objectif est d'autoriser une utilisation plus souple des réchauds, inhérente à la randonnée en montagne à la journée et parfois nécessaire pour prévenir l’hypothermie ou les « coups de fatigue » ;
  • supprimer l'aire de bivouac de la Madone de Fenestre, située à proximité immédiate de la route départementale d'accès au site. Elle ne correspond pas à l'esprit de la randonnée pédestre itinérante ni à l'objectif I de la charte.

Les aires dérogatoires de bivouac situées à proximité des refuges des Merveilles et de Fontanalbe sont en revanche maintenues, afin d’assurer la cohérence du nouvel arrêté « bivouac » avec les dispositions de l’arrêté « zone des gravures rupestres » n°2013-09.

Le projet de nouvel arrêté « bivouac » est couplé avec un projet de nouvel arrêté « réchauds portatifs autonomes et barbecue portatifs ».

Les modalités de contrôle de cette nouvelle réglementation relèvent de la politique pénale de l’Établissement public du parc national.

Charte des débats

Les débats et forums de propositions du site du Parc national du Mercantour sont ouverts à tous.
Le contenu du site comme les commentaires peuvent être lus par tous. Cependant, pour contribuer aux débats, formuler vos propositions et vous prononcer, nous vous demandons de vous identifier, avec notre nom ou pseudo, et votre adresse électronique valide. Seul votre nom ou pseudo seront visibles si votre contribution est publiée, dans le cadre des forums ouverts.
Les échanges sur le site font l’objet d’une modération a priori. Cette modération s’applique à tous les propos susceptibles d’enfreindre la loi ; elle a aussi pour but de préserver la courtoisie dans les échanges : si les critiques et l’expression de désaccords éventuels ont toute leur place dans les débats, on évitera l’invective ou les prises à partie d´autres participants.
Les débats sont modérés par le Parc national du Mercantour.
Le rôle des modérateurs est de veiller à la qualité des débats en écartant les contributions qui, par leur caractère indigne, attentatoire aux personnes ou hors sujet, nuisent à la qualité des débats. Les modérateurs excluent également tout propos contraire aux lois en vigueur.


La modération s’applique, de façon non exhaustive :

  1. Aux attaques ou insinuations fondées sur les origines, le sexe ou l’orientation sexuelle des personnes, sur leurs croyances ou absence de croyance.
  2. Aux insultes, affirmations graves non prouvées ou notoirement inexactes concernant les personnes ou les organisations.
  3. Aux messages obscènes, pornographiques ou relevant du harcèlement.
  4. Aux messages enfreignant manifestement le droit d’auteur, le droit applicable aux bases de données, le droit à l’image et le respect de la vie privée, ou qui enfreindrait toute autre disposition législative ou réglementaire en vigueur.
  5. Aux invectives ad hominem (propos agressifs, méprisants, péremptoires) ou, de façon générale, tout propos attentatoires aux participants du site.
  6. A l’utilisation des espaces de débat à des fins publicitaires ou commerciales.
  7. A la mention de coordonnées personnelles ou de liens hypertextes indiquant des contenus hors sujet ou attentatoire aux lois en vigueur.
  8. Aux contenus de sites web accessibles uniquement par abonnement payant.
  9. Aux contributions superflues ou redondantes sans apport particulier pour les échanges.
  10. Aux informations obsolètes ou ayant déjà été pleinement débattues.
  11. Aux messages manifestement hors sujet.

Les modérateurs doivent également préserver le caractère collectif des échanges : ils veillent notamment à ce que les critiques et expressions de désaccords soient argumentées et ne dérivent pas vers l’invective ou les prises à partie d´autres participants.
Les participants sont également invités à respecter les conventions suivantes.

  1. Avant de poster un commentaire, vérifiez qu’il correspond bien au sujet de discussion.
  2. Rédigez soigneusement le titre du commentaire : c’est lui qui attirera l’attention sur votre contribution.
  3. Si vous répondez à un commentaire, indiquez le nom du contributeur auquel vous répondez ou citez le texte original pour être sûr d’être bien compris.
  4. Faites connaissance avec vos interlocuteurs en consultant leur profil public.
  5. Citez vos références.
  6. Évitez de composer vos messages en majuscules.
  7. Les forums, comme tous les espaces de discussion virtuels, sont des assemblées publiques. Vos propos sont accessibles à tous. Tenez-en compte.
  8. Respectez le débat, respectez votre lecteur : ne faites pas de copier/coller d’argumentaires tout faits, c’est votre avis et votre avis seul qui doit s’exprimer.
  9. Vérifiez la source des informations que vous postez.

Commentaires

Bonjour, Les horaires de bivouac sont inadequat en été : 19h00 c'Est trop tard (les randonneurs s'arrétent bien avant et 9h00 le matin c'est inutile, ils sont repartis avant . 17h30 - 8h00 serait plus en phase avec la réalité des itinérants.
Bonjour toto, S'arrêter n'est pas synonyme de se coucher! 19h, c'est encore deux, voir trois heures avant qu'il fasse nuit, en saison estivale. Même si les marcheurs font halte plus tôt, rien n'empêche de monter la tente après 19h. En revanche, la donne est différente en hiver. Pour les pratiquants de raquette / alpi / ski de rando, la nuit tombe bien avant 19h, et il faut avoir la possibilité de monter le camp avant. L'horaire pourrait-elle varier selon la saison, pour coller à l'esprit du bivouac : "de la tombée de la nuit au levé du jour" ?
Bjour, De toute façon quoi qu'on retienne comme horaire il y aura toujours des avantages et des inconvénients. Une telle autorisation est de toute façon un pis-aller pour ne pas handicaper les randonneurs effectuant des traversés. Pour ce qui est du démontage à 9h en effet c'est bien trop tard pour ce type de besoin mais chacun est libre de démonter avant. Il y avait le problème du séchage de la toile de tente mouillée de rosée avant son rangement (poids et risque de moisissures) mais les matériaux ont évolué. Je pense personnellement que si le créneau devait être revu il faudrait plutôt le réduire à son strict nécessaire pour dissuader les pseudo bivouacs autour des lacs notamment (pêcheurs) et limiter les impacts, soit de 14h actuellement (un luxe!) à 12h voir 10h, hors tolérance en cas de mauvais temps. Je suis, pour ma part, plutôt pour une interdiction du bivouac avec tente en règle générale et pour la mise en place d'aires de bivouac bien localisées sur certains itinéraires balisés et l'usage du sur-sac individuel par exemple être encouragé partout ailleurs. Presque 40 ans après la mise en place de cette dérogation au camping est-il trop demander d'imaginer pouvoir évoluer vers plus d'éthique et d'exigence ? Le Mercantour n'est pas le Wilderness américain et les équipements ont depuis fait des progrès.