Parc national du Mercantour
-A +A
Share
Le 05/01/2022
Publications

Nous sommes en juillet 1948, et ce courrier provenant des Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence nous délivre une page d'histoire intéressante : il s'agit d'un échange entre André Honnorat, personnalité politique de la vallée de l'Ubaye, et le maire de Barcelonnette de l'époque, Roger Diet (déformé en "Diez"). André Honnorat est alors âgé de 80 ans et encore Conseiller général, mais n'exerce plus ses anciennes fonctions de Député, Sénateur et Ministre. Le courrier évoque, sans préciser son titre et son auteur, un ouvrage consacré au bouquetin des Alpes, offert peu avant par Honnorat à la municipalité de Barcelonnette.

A cette époque, le bouquetin a alors quasiment disparu des Alpes, échapant à une disparition totale grâce à un noyau préservé dans le Parc national du Grand Paradis. A partir de cette dernière population, il a fait l'objet de toutes premières opérations de réintroduction, notamment dans le massif de l'Argentera de 1920 à 1931. Un Français s'intéresse particulièrement à cette espèce et commence à militer pour son retour, le célèbre docteur Marcel Couturier, tout à la fois chasseur, montagnard et naturaliste parfois controversé.

La trace de l'ouvrage cité dans la correspondance n'a pas été retrouvé, mais cet auteur avait déjà écrit différents articles sur le sujet dont un "Projet d'un Parc National à bouquetins en France" dans la Revue de géographie alpine, (tome 31, n°3, 1943. pp.393-398) qui proposait la création d'un parc entre Vanoise et Grand Paradis. Couturier est surtout connu pour son ouvrage "Le bouquetin des Alpes", une synthèse de 1654 pages !, paru en 1962 et qui fera référence pendant des décennies.

Dans son courrier, Honnorat évoque la Réserve naturelle du Lauzanier créée en 1935 sous l'impulsion de Pierre Marié et de la Société nationale d'acclimatation de France, et il suggère que l'expérience soit renouvelée à une échelle beaucoup plus grande avec un vaste espace protégé entre Stura et Ubaye, qui serait favorable au bouquetin. Mais il conclut, pessimiste, du peu d'intérêt des Français sur ces questions de protection de la nature.

Il ne sera en effet pas entendu et il faudra attendre 1979 pour voir la création du Parc national du Mercantour et le retour des bouquetins, dans la partie Nord Ouest du territoire, quelques décennies plus tard grâce à diverses opérations de réintroduction. Ces bouquetins ont aujourd’hui reconquis les crêtes frontalières du Lauzanier comme l'avait imaginé André Honnorat il y a 74 ans !

 

Lettre d'André Honnorat - Bouquetin des Alpes

Lettre d'André Honnorat - Bouquetin des Alpes, par AD04